Se manager soi-même, lequel des 6 principes de Drucker vous manque-t-il ?

En 1999, Peter F. Drucker, grand professeur et théoricien du management d’entreprise, écrit un article pour le Harvard Business Review. Son but ? Donner les clefs du succès à ses lecteurs, en leur apprenant à se manager soi-même.

Comment ? En expliquant les grands principes d’une recette développée 600 ans plus tôt, par un théologien allemand, et utilisée par Calvin et Ignace de Loyola. L’un fonda l’Eglise calviniste, et l’autre l’ordre des Jésuites. Il ne leur fallut pas 30 ans pour dominer l’Europe. 

Ce que promet l’auteur, si vous suivez cette méthode, c’est un changement de vie radical en l’espace de 2 ou 3 ans seulement. En voici les grands principes. 

Principe 1 : Travailler ses forces, pas ses faiblesses

Il n’y a que vos forces qui peuvent produire des résultats, et surtout des résultats acceptables. Si vous voulez monter un projet ou construire une entreprise sur vos faiblesses, vous courrez droit à l’échec. 

En effet, vous devrez commencer par vous former… longtemps. Une fois votre formation accomplie, rien ne dit que vous serez performant dans votre nouvelle compétence. Par performant, il faut entendre au moins aussi performant que vos concurrents pour lesquels cette compétence est leur force, et qui travaillent au moins autant que vous pour réussir. 

Principe 2 : Améliorer ses compétences

Vous êtes doué dans un domaine, c’est une certitude. Seul problème : d’autres le sont aussi. Pour être performant, vous devez parfaire vos connaissances et gagner en expérience dans votre domaine de prédilection. 

En analysant votre domaine de compétence, vous allez vite repérer les matières dans lesquelles vous devez, soit vous améliorer, soit acquérir de nouvelles connaissances et compétences. Parce qu’elles sont toujours en lien avec ce que vous savez faire, vous serez rapidement performant dans ces domaines connexes. 

Principe 3 : Analyser son arrogance

Nous sommes tous arrogants, à divers degrés. Si la confiance en soi peut être une force, elle peut aussi devenir une faiblesse. 

C’est notamment le cas, lorsque notre arrogance est si grande qu’elle masque notre propre ignorance dans des sujets que nous pensons maîtriser, ou que nous regardons avec dédain. 

Les exemples de Peter Drucker sont extrêmement parlants : 

  • L’ingénieur, qui se glorifie de ne rien comprendre aux gens, 
  • Le DRH, qui se vante de ne pas comprendre la comptabilité et les méthodes quantitatives. 

Principe 4 : Arrêter les mauvaises habitudes

Ce sont les habitudes qui vous empêchent d’être performant, comme se perdre à regarder des vidéos Youtube, ou bien passer son temps sur les réseaux sociaux. En faisant le point sur votre activité, vous allez vite identifier ces mauvaises habitudes. 

Les mauvaises habitudes peuvent aussi être une incompréhension de la frontière entre le théorique et le pratique. Comme l’écrit très bien F. Drucker, certains pensent que leurs idées peuvent déplacer des montagnes, lorsqu’en réalité elles ne sont déplacées qu’à grand coup de bulldozer. 

Le problème, c’est que pour y parvenir, il faut pouvoir s’entourer des gens capables de manier ce bulldozer, et de comprendre votre projet. C’est ici que vient le 5ème principe. 

Principe 5 : Avoir les manières

Vous avez dans votre équipe un travailleur brillant, qui fait un fantastique travail. Pourtant, dès qu’il s’agit d’œuvrer en équipe, rien de bon ne sort de ce qu’il fait. 

Ne cherchez pas plus loin que le manque de manières, c’est-à-dire le manque de courtoisie. Ce collègue n’est très certainement pas capable d’employer les mots « s’il te plaît » et « merci », et encore moins de demander à ses collègues comment se porte leur famille. 

Principe 6 : Comparez vos résultats avec vos objectifs 

Souvent, le fait de ne pas atteindre ses objectifs descend d’un principe simple : vous essayez de transformer vos faiblesses ou celles de vos employés, en force. En d’autres termes, vous savez qu’ils sont incompétents dans un domaine, et vous essayez de les former. Au mieux, ils deviendront médiocres. 

Il convient de former les personnes compétentes dans leur domaine pour les mener jusqu’à l’excellence. Cela coûtera moins de ressources et d’énergie que de tenter de former des personnes incompétentes dans le domaine. 

Si vous voyez poindre le principe de Peter, c’est que vous avez compris le management d’entreprise. 

A lire : Peut-on citer Wikipedia ?


Cyril Schwastiak

Cyril Schwastiak

Contact me now, rank tomorrow


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *